Leçon n°4 : référencement naturel et optimisation de vos articles

Le référencement naturel est un art tant il nécessite des efforts de recherche, de travail et d’expérience de la part d’un rédacteur. Il faut réussir à satisfaire à la fois les moteurs de recherche qui imposent des quotas dans les contenus, mais aussi les lecteurs qui souhaitent simplement un contenu de qualité, à la fois utile et divertissant.

Le référencement naturel, c’est quoi ?

Le référencement naturel ou SEO (search engine optimization), est un ensemble de techniques naturelles, c’est-à-dire non payantes, qui permettent à votre site et/ou page de se retrouver dans les premiers résultats des moteurs de recherche. Google représentant plus de 60% du web, nous parlons donc, essentiellement, du moteur de recherche Google…

  • Comment ça marche ?

Il existe des robots et des algorithmes qui prennent en compte une quantité de paramètres précis afin de calculer quel site mérite le plus d’être en tête de liste. Ces robots analysent des millions de sites et définissent en fonction de leur contenu, bon ou mauvais, qui arrivera avant les autres. Ils étudient chaque recoin de votre blog. À savoir : votre nom de domaine, votre URL, vos titres, vos balises html, les mots clés, leur place dans le texte, vos contenus, vos longueurs de phrases, les liens qu’il contient etc. Vous constaterez que chaque détail compte et qu’un site qui arrive naturellement en première position est un site qui optimise chacun de ses contenus. Contrairement aux sites qui font appel au référencement payant.

  • Pourquoi est-il important d’être en première page google ?

Tout simplement parce que plus de 90 % des internautes, lorsqu’ils font une recherche google, restent sur la première page de résultats pour trouver ce qu’ils demandent. Moins de 5% visite la deuxième page. Autant vous dire que si vous n’êtes qu’en troisième page, voire plus loin, vous n’avez quasiment aucune chance d’être visité. À moins que les gens vous connaissent et vous recherchent spécifiquement. En sachant que les trois premiers sites affichés en première page google gagneront la majorité des visiteurs. D’où l’importance de votre référencement naturel.

Prenons un exemple simple : si vous tapez « infos » dans votre moteur de recherche google, voici ce que vous trouvez aujourd’hui :

référencement naturel

Franceinfo, 20 minutes et LCI sont donc le top trois de cette recherche. Ils ont plus de chance d’être visités que les sites situés à partir de la quatrième position. Et ne parlons pas des sites arrivés en deuxième page qui attireront moins de 5 % des visiteurs.

Le référencement payant, c’est quoi ?

Les sites investissant dans du référencement payant ont un contenu SEA (search engine advertising). Cela signifie qu’ils paient Google pour qu’il les place en première position. Voici un exemple typique :

référencement naturel

Dans cet exemple on constate que le premier site qui s’affiche quand on tape dans le moteur de recherche « sorties Lyon », c’est un site précédé du mot « Annonce ». Cela signifie que ce site a payé pour être le premier à s’afficher. S’il est donc en tête de liste, cela ne provient pas de la qualité de son contenu, mais du contenu de son porte monnaie.

Le deuxième site qui s’affiche, quant à lui, n’a pas bénéficié du référencement payant et s’il est ici, c’est qu’il y est arrivé grâce à un contenu optimisé. Son contenu a donc de fortes chances d’être de meilleure qualité que celui du dessus.

Comment optimiser votre contenu naturellement ?

1- Les mots clés

Les mots clés sont essentiels pour le référencement naturel puisque ce sont les mots que l’internaute tape dans la barre de recherche. Et, en fonction des mots qu’il tape, le moteur de recherche va étudier les contenus qui proposent ce mot clé. Ensuite, il comparera chaque site et les placera en ordre, du meilleur au moins bon. Le mot clé est donc un élément d’une grande importance.

  • Bien les choisir

Dans un premier temps, vous devez les choisir en fonction de votre texte. De quoi parlez-vous ? Trouvez le mot ou le groupe de mots qui représente votre texte. En effet, un mot clé n’est pas spécialement un mot unique. Par exemple, si vous écrivez un article qui parle de la hausse du niveau des mers, votre mot clé pourrait être « mer » mais, le terme étant trop vaste, vous devez l’affiner. Là est toute la difficulté… Vous devez vous mettre dans la peau de l’internaute. Si vous souhaitez vous informer à ce sujet, qu’allez-vous taper dans la barre du moteur de recherche ? Hausse niveau mer, océan etc. À vous de trouver les mots clés les plus adéquats.

Ensuite, vous avez la possibilité de choisir des mots clés secondaires. Dans ces cas-là, trouvez des synonymes que l’internaute pourrait taper lorsqu’il cherche à se renseigner à ce sujet. Par exemple : océan, réchauffement climatique etc.

  • La longueur du mot clé

Comme indiqué plus haut, le mot clé peut être un groupe de mots. De cette façon, votre page aura plus de chance de générer des visites et son référencement naturel sera meilleur. Voici un exemple en image :

référencement naturel

Vous constatez que si votre contenu propose des formations en électricité et que votre mot clé n’est composé que du mot « formation », cela générera 628 millions de résultats. En résumé, une chance sur 628 millions d’être lu. C’est peine perdue… Si vous utilisez les mots clés « formation électricien », Google affichera 539 000 résultats et, enfin, pour « formation électricien poitiers », seulement 168 000 résultats s’affichent. Vous avez donc plus de chance d’être vu si vous utilisez trois mots consécutifs pour former votre mot clé.

Apprenez qu’au-dessus de 200 000 résultats, cela n’en vaut pas vraiment la peine. Vous aurez sans doute écrit du contenu pour rien. Soyez donc très vigilant quant au choix de vos mots clés.

  • L’outil Google

Google vous propose un service gratuit afin de vous aider dans la recherche de mots clés. Cet outil, c’est Google trends. Grâce à lui, vous pouvez vérifier si votre mot clé est régulièrement utilisé par les internautes. Vous avez également la possibilité de comparer divers mots clés afin de décider lequel est le plus intéressant. Voici un exemple en image :

référencement naturel

Vous souhaitez réaliser un article qui parle des pâtes italiennes et partager une recette. Si vous hésitez au sujet du mot clé, vous pouvez effectuer une recherche entre « recette pates italienne » et « recette cuisine italienne ». Tout d’abord, vous constatez que le premier terme est plus demandé que le deuxième. Ensuite, second point très important : les internautes ne sont pas amis des accents et des accords de français. En effet, vous constatez que le terme « recette pates italienne » (en bleu) est très recherché contrairement à « recette pâtes italiennes » (en jaune) qui ne récolte AUCUN résultat. Preuve est que vous devez être très vigilant quant au choix de vos mots clés.

  • Optimiser votre mot clé

Il ne suffit pas d’avoir trouvé le bon mot clé, il faut ensuite l’utiliser à bon escient. Vous ne pouvez pas le placer toutes les deux lignes. Vous serez alors en « over-optimization » (suroptimisation) et Google ne vous placera pas en début de liste. Un bon référencement naturel, c’est un bon équilibre. Pour cela, il existe des logiciels qui vous aident à trouver ce juste milieu. Sachez dors et déjà, que la lecture se fasse sur ordinateur ou smartphone, qu’il sera essentiel de le placer dans votre titre, votre URL, votre chapeau, votre image ainsi qu’au moins un lien, mais également dans votre contenu. Les balises h1 et h2 doivent aussi contenir votre mot clé. Cependant, l’internaute (et surtout Google) ne doit pas en faire une overdose. Pensez aux synonymes qui pourront remplacer votre mot clé sans avoir l’impression de surcharger votre texte. Prenez cet exemple :

référencement naturel

Vous observez que les mots clés « hausse » et « mer » sont utilisés dans le titre, mais également dans le chapeau. Puis, si vous descendez dans la page, vous le retrouvez dans l’encart visuel ainsi que dans le contenu. Certains synonymes comme océan ou montée des eaux sont utilisés, y compris dans des liens. L’auteure a très bien su gérer ses mots clés et les insérer à bon escient.

Enfin, vous noterez, tout en bas de la page, une liste de mots clés utilisés pour retrouver cet article :

référencement naturel

A noter également : l’article se termine par les logos des différents réseaux sociaux dont nous avons récemment parlé.

2- Les balises HTML

Les balises sont les éléments de base du codage HTML. Ce sont tous ces éléments qui vont vous permettre de structurer votre texte et ainsi l’optimiser. En effet, les algorithmes des moteurs de recherche ne prennent pas seulement en compte votre mot clé, vos liens, votre contenu etc. Ils prennent également en compte la disposition de votre contenu. Il existe, là encore des règles à respecter si vous voulez améliorer votre référencement naturel.

  • Quelles sont-elles ?

Les principales balises sont les suivantes : le titre, les balises h1 à h6 ainsi que la méta description. Il convient d’y prêter une grande importance puisqu’une partie de ces balises va s’afficher lors d’une recherche Google. Il est également important de noter que vous devez retrouver le mot clé dans le titre ET dans la méta description. Certes, cela n’est pas obligatoire, mais cela vous donne plus de chance d’être bien placé par les moteurs de recherche. En voici la preuve :

référencement naturel

Le mot clé de cet article est « faire sa lessive maison » que l’on retrouve non seulement dans la balise titre (à ne pas confondre avec h1) et dans la méta description juste dessous. D’où l’importance aussi de soigner sa méta description, car ce sont ces quelques lignes qui vont convaincre le lecteur d’ouvrir votre page ou non.

La longueur de votre titre ne doit pas excéder les 65 caractères si vous souhaitez qu’il s’affiche en entier sur la page des résultats. Idem pour la méta description, elle doit compter 160 à 165 caractères.

En ce qui concerne le reste des balises, à savoir h1 à h6, elles vous serviront à bien structurer votre texte (nous en avons parlé lors de la leçon n°3). La balise h1 étant la première à être utilisée puis ainsi de suite.

Vous ne pouvez pas commencer votre article par h2 puis continuer avec h1. Vous devez obligatoirement respecter la hiérarchie des balises. Le mot clé doit se trouver dans la balise h1. La balise h2 devra également contenir votre mot clé. Viendront ensuite les balises h3 à h6 qui contiendront plutôt les mots clés secondaires ou pas.

Vous n’êtes pas obligé d’utiliser toutes les balises, mais vous devez tout de même insérer h1 au minimum afin d’obtenir un référencement naturel minimum.

3- Les liens

  • La qualité

Vos liens doivent donner envie de cliquer dessus. Cela peut être un terme spécial que vous utilisez, une abréviation ou un sigle et vous souhaitez insérer un lien menant vers une page donnant la signification de ce sigle ou de ce terme. Attention à ce que les mots du lien correspondent au thème de la page vers laquelle il dirige.

Attention également à ne pas diriger vers du contenu identique. Si vous dirigez l’internaute vers une page qui parle sensiblement du même sujet, ceci risque de vous pénaliser dans les moteurs de recherche Google. Pourquoi ? Parce que cela s’apparente à du double contenu et ceci est totalement détesté par Google et son système de notation de référencement naturel.

Enfin, dernier conseil : dirigez votre lecteur vers un contenu qui reste globalement dans le même thème (mais pas le même sujet). Si vous parlez de la fabrication de lessive bio et qu’un lien existe, menant vers les bienfaits du bio sur la santé par exemple, il y a de fortes chances que votre lecteur soit intéressé et qu’il lise vos deux pages. Par contre, si cela mène vers la pollution en Amérique Centrale, cela n’aura que peu de rapport avec votre sujet de départ, à savoir la lessive bio. Si le visiteur a la sensation d’être baladé par les liens, il risque tout simplement de ne plus cliquer dessus. Soyez donc très vigilants. Votre visiteur doit trouver son intérêt dans les liens que vous insérez.

  • La mise en forme

Vos liens doivent être d’une couleur différente de votre texte. Ils doivent également être d’une couleur différente des textes que vous avez mis en gras. Pour la bonne raison que le lecteur doit pouvoir les différencier facilement. Quoi qu’il en soit, évitez le rouge, considéré comme une couleur agressive. Privilégiez des couleurs douces ou en rapport avec les couleurs de votre site.

  • Les termes à éviter

N’utilisez pas les termes comme « cliquez ici » ou « plus de détails ici ». L’internaute n’est pas un être dénué de sens et, qui plus est, il est habitué à trouver des liens dans les contenus web. Vous n’avez donc pas besoin de lui prendre la main pour qu’il clique sur un lien et encore moins lui forcer la main. Votre lecteur ne doit jamais se sentir obligé de faire quelque chose.

  • La quantité

La quantité maximum de liens à insérer dans une page est de sept. Au-delà de sept, le lecteur se sent « agressé ». Il ne doit pas avoir l’impression que vous tenez absolument à ce qu’il clique sur un de vos liens. Par ailleurs, vous devez utiliser des liens externes et internes et non pas uniquement internes. Si vous utilisez trop de liens qui redirigent vers votre site (liens internes), vous risquez d’être en suroptimisation. Les algorithmes des moteurs de recherche n’apprécient pas non plus l’utilisation de termes identiques d’un lien à un autre. Cela risque d’être assimilé à du SPAM et il est possible qu’à la suite de cela, votre site soit mal indexé et se retrouve perdu dans les dernières pages des moteurs de recherche. Le référencement naturel doit allier habilement qualité et quantité. Ne l’oubliez pas…

  • Les liens internes

Dans le contenu

Les liens internes sont des liens qui mènent vers un contenu appartenant à votre site. Comme il est indiqué plus haut, si vos choix de liens sont judicieux et qu’ils mènent vers des articles en rapport avec votre texte, vous aurez probablement la chance d’inviter l’internaute à rester plus longtemps sur votre site. Seulement, vous devez être modéré. Le lecteur ne doit pas se sentir envahi de liens et cela ne doit pas non plus se faire au détriment des autres zones de votre article. Variez vos liens et évitez l’automatisation qui est facilement décelée par les robots. Le maillage interne est une technique complexe afin de trouver l’équilibre pour attirer du monde sans s’attirer la foudre des algorithmes…

Dans la barre de menu

Les liens de votre page peuvent aussi se trouver dans votre barre de menu située tout en haut de votre page, comme dans l’exemple ci-dessous. Lorsque vous placez votre souris sur le mot « rédaction web SEO », vous avez des liens dans le menu déroulant qui mènent vers des articles en rapport avec la rédaction web.

référencement naturel

  • Les liens externes

Ils sont au choix entrants ou sortants et font partie des clés du référencement naturel.

Les liens externes entrants

Ce sont des liens situés sur d’autres sites internet et qui conduisent jusqu’à votre site internet. L’avantage de ces liens, appelés également backlinks, c’est qu’ils engendrent du trafic supplémentaire sur votre site sans que vous ayez à lever le petit doigt pour cela. Le second grand avantage de ces backlinks, c’est qu’ils apportent ce qu’on appelle du jus de liens. C’est-à-dire que, si le site d’origine est un site populaire, il vous apporte de la qualité et de la puissance. C’est un peu comme si votre site était parrainé par quelqu’un d’important. Les visiteurs sont attirés et viennent visiter votre site. C’est pour cette raison que votre contenu doit être optimisé : pour conserver ces nouveaux visiteurs et les fidéliser.

Les liens externes sortants

Ce sont des liens situés sur votre page, mais qui dirigent vers un site externe. Vous devez en placer dans votre texte puisque les algorithmes prennent en compte les liens externes sortant pour améliorer votre positionnement dans les moteurs de recherche. Attention cependant à ne pas en abuser, comme le reste de vos liens. Si vous placez trop de liens externes sortant dans votre contenu, Google risque de trouver cela bizarre. Au final, tout ce qui est réalisé en excès intrigue Google. C’est toujours une question d’équilibre. D’où l’importance d’étudier scrupuleusement toutes les techniques de rédaction SEO ou bien, pour faire plus simple, faire appel à un rédacteur web spécialisé SEO.

4- Le contenu

  • Les zones chaudes

Les zones chaudes, ce sont les endroits que les algorithmes analysent pour placer votre site en tête dans les résultats des moteurs de recherche. Ces zones sont les endroits décisifs du référencement naturel sur lesquels vous devez axer vos efforts. Ce sont les endroits à optimiser en priorité. Il s’agit de l’URL de votre page qui doit contenir votre mot clé, séparé par des tirets, ainsi que le chapeau dont nous avons parlé dans la première leçon, les liens et enfin les attributs des visuels. Lorsque vous insérez un visuel, vous devez lui donner le mot clé de votre article.

  • Suivi de vos articles

Si vous travaillez dans un domaine où les changements sont rapides et que vous datez vos articles, pensez à faire régulièrement des mises à jour. Vérifiez que vos articles sont toujours d’actualité et qu’ils ne parlent pas d’un produit ou de quelque chose qui n’existe plus. Dans ces cas-là, n’hésitez pas à faire des mises à jour.

Contrôlez aussi régulièrement vos statistiques : nombres de visiteurs, partages sur les réseaux sociaux etc. Si leur nombre baisse, cela signifie que vos articles intéressent moins qu’avant. Il est bon, à ce moment-là, de réécrire peut-être certains de vos articles ou de bien de moderniser les visuels.

Vérifiez également que vous suivez bien le thème de départ de votre site, sa ligne éditoriale. Si vous aviez plus de visiteurs à vos débuts, c’est parce que vos sujets les intéressaient. Si ce n’est plus le cas, il est possible que vous ayez trop dévié. Trouvez d’où vient cette baisse et rectifiez vos erreurs.

Par contre, cela vous impose une grande rigueur puisque le lecteur va constater de visu si votre blog est à jour ou non. Si les articles datent trop, il est possible qu’il ne continue pas à naviguer sur votre site. D’un côté, c’est une preuve de transparence de votre part, mais d’un autre côté, cela implique que vous suiviez vos affaires avec une grande assiduité.

  • La fréquence de publication

La fréquence de publication est inclue dans le référencement naturel. Ce qui signifie qu’en plus de bien écrire, vous devez écrire souvent. Trop de gens se lancent dans un site web sans connaître une seule technique de référencement. Par la suite, ils sont surpris de constater que leur site n’apparaît pas en première page Google. Même si vous avez la sensation d’entendre radoter : non le référencement dit naturel n’est pas une question de chance et les dés ne sont pas pipés. C’est un long travail basé sur la connaissance, l’expérience et les compétences d’un véritable rédacteur SEO.

En publiant ou en mettant à jour votre blog régulièrement, vous fidélisez votre visiteur qui a envie de revenir vous voir pour découvrir des choses nouvelles. Si vous n’apportez rien de nouveau et que vous ressassez toujours les mêmes choses, il risque de se lasser et d’aller voir ailleurs. Navré de vous le rappeler, mais vous n’êtes pas seul au monde… La concurrence est rude dans tous les domaines.

Voilà, votre formation écrire pour le web prend fin. Dorénavant vous avez les clés en main pour écrire vos articles. Attention cependant à ne pas espérer trop vite. Il faut beaucoup de travail et d’expérience pour bien écrire pour le web. Le référencement naturel est en renouvellement perpétuel et les concurrents sont nombreux. N’hésitez pas à faire appel à des rédacteurs professionnels.

Article précédent : Leçon n°3 : Mise en forme de vos contenus pour le web

 

Formation rédaction web